L’impact du climat sur la libido

Pourquoi notre libido est-elle si influencée par le climat ? La sexologue Milène Leroy nous explique tout.


Sexe et climatUn hiver printanier, un printemps automnal, un été aléatoire… le temps influe sur le moral mais aussi sur la libido ! Le désir sexuel est, lui aussi, tributaire des (non) variations climatiques !

L’été : un retour presque automatique de la libido

L’été est associé au retour plus accentué de la séduction. La chaleur, la luminosité offrent sourire, détente et découverte des corps.

Souvent liée à une période de vacances, -juste après et avant un retour à la monotonie du quotidien-, ce moment permet de lâcher-prise, de savourer des instants plus lents, plus doux. L’excitation est plus libre et pousse chaque personne à l’envie de vivre plus de rapports charnels.

Les vacances, souvent préparées et attendues avec hâte, amènent le repos, l’insouciance, le retour sur soi. Leur plus grand bénéfice est le temps. Ce temps qui offre les possibilités d’un réveil corporel, d’une nouvelle centration sur soi et le couple. Dans cette folie routinière de la course contre la montre, il s’agit de retrouver le bien-être de l’esprit et du corps.

Sans tension, sans stress, la relaxation de l’esprit et du corps se révèle bénéfique pour les liens sociaux. Plus de cycles infernaux, l’espace et le temps redeviennent des alliés.

Des variations concrètes

Presque instinctivement, on va avant tout s’occuper de soi, se regarder à nouveau sous tous les angles, en cherchant à embellir ses atouts, sa beauté singulière. Prendre soin de soi, c’est chercher à exister individuellement, mais aussi dans le regard de l’autre, des autres. On veut esthétiser et dégager, ce “truc” qui attire. L’été ravive le charme fin et délicat, celui qui émeut, qui appâte, qui force l’envie. Les postures, la démarche et le sourire prennent le relais de cette attention physique estivale.

En vacances, chacun (se) contemple plus finement et plus régulièrement tout en appréciant le jeu des sourires échangés. L’attirance est enfin visible et ludique ! La séduction redevient plus accessible, telle une parade, émoustillante à la vue de ces corps plus dénudés et impudiques. En cassant le rythme habituel, l’été réveille les ardeurs, génère le goût de la séduction et des approches sexuelles et/ou amoureuses. Les aventures et pourquoi pas l’amour ?…

En effet, lors des temps de repos, le corps et l’esprit refusent ce qui est strict et qui l’empêche d’établir une rencontre ou simplement de la rêver. L’esprit vagabonde, le corps ressent, l’imaginaire érotique refait surface dans un contexte souvent inconnu, qui enrichit les pensées luxurieuses. Le désir est alors présent dans tous vos faits et gestes, c’est l’énergie vitale qui refait surface. Parfois, les relations estivales sont furtives, mais elles ont comme impact positif de faire qu’un homme ou une femme puissent s’estimer et (re)trouver confiance en soi.

Et si l’été est morose ?

Le froid et la pénombre rendent grincheux. De nombreuses études prouvent que les envies sexuelles sont moins fortes l’hiver (hormis les périodes de fêtes de fin d’année) et qu’il y a plus de besoins l’été. Et nous sommes tous programmés comme ça ! Tout serait d’ordre hormonal. Le corps réagit en fonction des saisons : L’hiver, il hiberne pour mieux affronter les intempéries liées au temps alors que l’été, le corps n’a plus besoin d’économiser de l’énergie.

Evidemment, rien n’est inscrit de manière stricte mais il semble que les températures extrêmes ne correspondent pas aux pics de la libido. Qu’il fasse trop froid ou trop chaud, les corps ne réagissent plus face à la tentation. Un été en demi-teinte pourrait alors être la période idéale en ce qui concerne la fréquence des rapports sexuels ! Rester créatif est le meilleur atout qui soit, quoi qu’en décide le climat.

Milène Leroy

Votre commentaire

Back to top